AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionDiscordTwitter

Partagez | 
 

 Chroniques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Chroniques   Lun 2 Mai 2016 - 0:26

CHRONIQUES


 



I


 



C’est le premier jour. C’est effrayant. Je ne pensais pas que ça pouvait l’être autant … Depuis notre naissance, on reste au temple avec les autres jeunes, sans savoir ce qu’il ya vraiment au dehors. On est en pleine campagne ; on peut jouer avec les autres jeunes Eniripsa, ces suceurs d’amanites ; parfois les petits Steamer nous rejoignent, puant la moule plus très fraîche, mais interdiction d’aller au village. C’est trop dangereux, qu’on nous l’a toujours dit.



            Et un jour, Osa nous appelle dans nos rêves ; ainsi termine la jeunesse ; ainsi, nous devons nous rendre à l’autel et partir après les libations, les coups de fouet et autres coups moins plaisants. On doit passer par la longue queue des jeunes qui nous regardent fièrement, comme s’ils se pensaient intouchables : demain, ce serait leur tour, qu’ils le veuillent ou non. On touche l’obélisque sacrée, et … nous voici devant Joris. On le connaît tous, on en a tous entendu parler. La péninsule qui lui sert de nasaux, sa face de Boo noirâtre façon plume de Corbac et cette cape Sram trop bleue pour lui. Je fouette l’air de ma queue. Je suis prêt à recevoir le fouet d’Osamodas. Je n’ai pas peur de lui.



            Ses pas frappent le sol de plus en plus fort à mesure qu’il s’approche de moi. Les dalles mal dégrossies du temple où je suis arrivé vibrent sous ses pas lourds, trop lourds pour un si petit être. Je bombe le torse. Quand son nez touche presque le mien, il plonge ses yeux dans les miens, pénètre mon esprit et pose ses mains sur mes épaules. Il inspire longuement, marque un temps de pause … et hurle un cri si aigu que mes les Ouassingues en auraient eu peur. Tu t’attends à quoi ? Bien sûr que je tombe à la renverse ! C’était trop inattendu !



            « Mouarf mouarf mouarf ! Trop drôle ! J’en ai encore eu un ! Les Osa, tous des pioulettes ! Tu parles de héros ! Quel vinaigre on a dans le crû de cette année … Tu te prends pour un dur, mon garçon ? Eh bien viens, tu vas voir ! »



            Je me suis pris la raclée de ma vie. Un coup par-ci, un coup par-là, par un épouvantail en plus. Tu parles, je n’avais aucune arme ! Ma queue, aussi dure soit-elle, ne suffisait à rien. Mes petits poings inutiles frappaient l’air, et je n’ai jamais été doué pour invoquer. Et je m’en suis pris des bonnes par derrière aussi, avec ce gros Mulou ! Garanti cent pour cent muscles renforcés aux hormones et aux eupéoh … Je ne marchais plus droit après. L’autre, il mourrait de rire. Il a dû renifler sa poudre d’éni pour respirer encore. Charogne, chacal. Toujours en riant, il m’emmène chez l’autre qui me dit « Débrouille-toi, et fabrique-moi une idole ». Tu parles, rien à voir avec l’idolâtrie ! C’est juste un meilleur moyen de s’en prendre plein la face. Il a invité ses potes Tigrimas pour faire la fête de ma première grande déculottée. Pas très agréable, surtout avec une pareille ronde.



            Je me suis fait jeter dehors, devant tout le monde qui m’a regardé comme si c’était normal. Perdu au milieu d’une ville flottante, j’ai dû commencer mon voyage avec pour tout bagage un trousseau de clefs qu’on m’avait laissé et une épée de bois. J’espère au moins qu’à la taverne, il y aura de la bière … Mais au moment où je posais le pied dans l’herbe en direction des rires et des tintements de verre, on m’attrapa par l’épaule en me criant « Eh, toi ! L’Osa ! ».



 





Dernière édition par Asano-san le Jeu 5 Mai 2016 - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zealy

avatar

Messages : 217
Date d'inscription : 27/04/2016
Age : 21
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Chroniques   Lun 2 Mai 2016 - 0:49

En un mot: et c'est le seul de ma part qui viendra troubler l'enchaînement de cette chronique (et j'espère qu'enchaînement il y aura!!!) J'ADORE! Merci m'sieur, c'est très agréable de te lire!

_________________
  -  Ce smiley est incroyable, c'est tout pour moi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Lun 2 Mai 2016 - 20:45

II


 



            Un gars pas très net, qui pue l’alcool, me broie l’épaule. Avec ses yeux lubriques, il crie encore « Eh toi ! L’Osa ! ». C’en est trop, franchement, déjà que je viens de me prendre une raclée Abraracourciknydienne, voilà qu’on continue de me donner farouchement envie de rejoindre les Sacrieurs (pour crier, tu l’auras compris). Un petit Tofu dans le nez, ça lui apprendra. Mais c’est qu’en plus, il renifle, me regarde bizarrement, avant d’éternuer « SsssSSSss..SsssSSSSssssSSS… oOoOwww !!! » en me renvoyant des morceaux d’oiseaux broyés par ses narines explosives. Et il me tend la main.



            Je le regarde, ahuri en lui faisant des yeux de Carpe d’Iem, en m’essuyant le visage. Il me regarde avec ses yeux lubriques, la main toujours tendue. « SsssSSSss..SsssSSSSssssSSS… oOoOwww !!! », répéte-t-il, insistant.



 



- À vos souhaits ? je réponds, perplexe.



- Mersssi. SsssSSSss..SsssSSSS… oOoOwww, entre un reniflement et un coulis de morve couleur Gelée Menthe qu’il essuie d’un revers de main. Et dwa ?



- Heu …



 



            Je ne comprends rien à ce qu’il me veut. En plus, c’est bizarre, on dirait qu’il essaye de communiquer, avec des sortes de mots. Mais impossible de comprendre.



 



- Vous parlez Cawotte ?



- Bé don ! C’ta cauz’ d’t’on t’fou d’l’nez !



- Heu … attendez.



 



            Je sors mon meilleur Bwork, et d’un coup de tornade dans le pif, je ne te raconte pas ce qu’il sort de ses narines. Un vrai repas complet. Y’a de tout, une vraie banque à lui tout seul. Si ça se trouve, c’est un Énutrof ?



 



- Ah, merci, ça va mieux ! Ssnow, c’est mon nom ! Et toi, t’t’appelles comment ?



- Asano ; qu’est-ce que vous me voulez ?



 



            Le joyeux drille s’approche à nouveau de moi, en me faisant signe de m’approcher encore plus près. Il chuchote, en postillonnant à mon oreille.



 



- J’ai une quéquête pour toi. 



- Non mais t’es malade ? Sale pervers ! Dégage ! Je vais t’envoyer mon petit Dragonnet, tu verras, ce ne sera plus vraiment une quéquête mais une chipo !



- Mais non, mais non, j’ai jujuste froid ! J’ai une quéquête pour toi !



 



            Ah, une quête … manquait plus que ça.



 



- Tu vois l’atelier là-bas ? À l’intérieur, il y a sûrement des gens que tu aimerais rencontrer. Des gens très hauts placés. Ils t’aideront à Incarnamnamer ton rôle de héros.



- C’est tout ? Je dois juste leur parler ?



- Ah, faut leur donner le mot de passe : « Pas de bras … pas d’Hymélia ! ».



- Merci !



 



            Je pars plein d’espoir : enfin, quelqu’un allait pouvoir m’aider. En plus, j’ai l’air fin, avec tous mes bleus, mes habits sales et mes lèvres en sang. On aurait cru que je m’étais fait écraser par un troupeau de Boufmouths. Ils pourront m’aider, eux, ils m’apprendront à survivre.



            J’entre alors dans l’atelier, en disant timidement : « Pas de bras … »



 





Dernière édition par Asano-san le Jeu 5 Mai 2016 - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Mer 4 Mai 2016 - 16:23

III


 



            Au moment de dire la fin du code secret, je me prends un coup de poing magistral en plein dans le nez. Bien sûr, je tombe à la renverse, encore, et une foule de mains, pattes et autres … trucs assez gluants ou velus se saisissent de moi et m’attachent sur une sorte de croix en bois. Ca me rappelle vaguement un épisode d’une série assez glauque que j’avais vu où le Sacrieur se faisait couper la … HAEM !



J’ai du mal à ouvrir les yeux, des lumières dansent comme les dieux au temple la nuit, pour t’embêter. J’entends des grognements, des grommellements de Trool et on me saisit violemment le menton en me demandant « T’es qui, toi ? ».



            En ouvrant les yeux, je ne vois qu’un œil, gros, énorme, comme les fesses de la Bworquette en rut ; tout bleu, il me fixe en virevoltant dans tous les sens, et va même jusqu’à se retourner vers l’arrière de son crâne ! Ca aussi, ça me rappelle quelque chose … Bien sûr, à l’instant, je vomis dans sa manche. Sans sourciller, il me répète :



 



- Je viens de te parler, crâne de Piou décérébré : t’es qui, toi ? T’as d’la cire humaine dans les oreilles ou t’es sourd ?



- Je suis Asa, Asano l’Osa ! je murmure précipitamment quand je sens une Dague Assante sous ma gorge.



- Hum. Et tu viens pour qui ici, blanc Bwak ? Tu veux nous roublarder ? HEIN ?



- C’est Ssnow, Ssnow qui m’a dit de venir ici !



- Ah ! Ce vieux Ssnow ? Toujours habillé comme un Corbac ? dit-il en éclatant d’un rire gras.



- Heu …



- Zalastor, appelle-moi Zalastor, grogne-t-il en s’en allant.



 



Ils me détachent et me laissent tomber au sol comme un vrai Boo. Je regarde Zalastor claudiquer péniblement vers le comptoir (il a une jambe en Bombu … il tient le bon bout … de Blop … le bougre). Trois chopes devant lui, avec des liquides tous plus aussi étranges que les autres, se vidaient dans sa gorge profondément déployée. Après un rot magistral digne d’un Padawa, je sens son œil me regarder. Il grogne tout à coup, en m’effrayant : « Je suis l’œil qui voit tout, qui sait tout ! Tu ne peux rien me cacher, p’tit Chacha ! Quoi que tu dises ici, je le verrai, je le saurai ! Zalastor, le maître de la guilde, gardien des petits nouveaux comme toi. T’es à l’essai, p’tit. VIGILANCE CONSTANTE ! maugrée-t-il en hurlant. ».



Je couine comme une Truche naine en reculant, heurtant le ventre rebondi d’un autre du groupe qui me sourit sans plus aucune dent (Usogui, on m’a dit qu’il s’appelait, un vrai vieux celui-là, proche de la retraite, à ce qu'on m'a dit). « On n’aime pas les mioches pleurnichards ici, alors t’as intérêt à prouver ta valeur, et à être à la hauteur ! Et puis, faudra faire la cuisine et le ménage. Moi j'cuisine pas. Faudra être gentil, et montrer que t’en as dans le crâne ! Toujours là. VIGILANCE CONSTANTE ! (Tu sais bien ce qui se passe, là). Et maintenant, file faire du pain ! Faut commencer à travailler mon gars ! Pas de bras … pas d’Hymélia ! »



Ni une, ni deux, je file à l’atelier des boulangers. Je transpire, je dégouline ; j’ai mal partout, mais au moins j’ai un travail. Les autres n’avaient pas l’air méchant, ils avaient même l’air de bien s’amuser du spectacle. C’est peut-être juste … une mise à l’épreuve ?



Sur le chemin, je ramasse du blé avec la faux que j’ai trouvée dans ma besace. Je n’arrive pas à couper autre chose. Je cueille aussi quelques orties, ça donnera sûrement du goût au pain, il sera content l’autre, parce que sans ses dents, pas possible de manger de la Viande Rassie (sauf s’il s’assoit une seconde fois …). Mais je sens qu’on m’observe, qu’on me regarde. Je tourne la tête : personne.



Je continue malgré tout, en me hâtant. Une fois assez de blé dans les poches, tellement que je devais marcher au ralenti, je me dirige vers la haute cheminée encore allumée. Il fait presque nuit maintenant, ma la lueur inquiétante des fours luit au loin, comme la promesse d’être un peu au chaud ce soir. Des feuilles craquent derrière-moi. Je presse le pas. Des feuilles craquent de plus en plus vite, de plus en plus près.



Puis, comme un souffle, on me barre le passage. Une jeune femme, extrêmement belle et séduisante, comme le jour et l’aurore sur Sufokia, tranquillement installée sur une sorte de grosse dinde aussi rose que ses fesses ... heu !! ... joues magnifiques, me toise.



 



- Toi, là ! T’as pas terminé !



- Pas terminé quoi ?



 



            Elle sort un Arc Hétype, me met en joue et recommence de sa voix douce, calme, mais aussi menaçante que le Yech’ti : « T’as pas terminé. Dépêche-toi : pas de bras … ? ».



 




_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR


Dernière édition par Asano-san le Jeu 5 Mai 2016 - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draft-Joke

avatar

Messages : 1058
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 21
Localisation : Dans tes rêves les plus beaux.

MessageSujet: Re: Chroniques   Jeu 5 Mai 2016 - 18:10

C'est vraiment du super boulot ! Je rigole quasiment à chaque ligne

_________________
Position foetale  :




Trop de skill.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neddens

avatar

Messages : 488
Date d'inscription : 16/12/2015
Age : 20
Localisation : Dans le cosmos gros!

MessageSujet: Re: Chroniques   Jeu 5 Mai 2016 - 18:15

Menacer avec un Hétype? On sait de qui il s'agit :s

_________________



zalasto notre cher meneur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Jeu 5 Mai 2016 - 21:50

IV

 

            Elle descend de sa monture et s’approche de moi. A ce moment, je perds complètement le contrôle de ma vessie. La peur m’envahit tellement que j’urine comme un Chienchien sur les Boufbottes de la dame. Elle me jette un regard noir avant de me répéter : « Alors ? »

            « Pasd’HyméliaPasd’HyméliaPasBesoinDeSeFâcher ! » Elle ouvre grand ses deux yeux, ouvre la bouche, range son arc et fait un immense sourire. « Oh mais je le savais je le savais t’es parfait toi trop mignon trop mimi t’as l’air trop cute kawaii comment tu t’appelles t’es un Osamodas c’est ça dis tu te plais ici oh tu verras c’est trop génial on est trop bien tu … » Elle se met alors à parler si vite que je ne comprends même pas la moitié de ses phrases. Ses lèvres bougent si rapidement que je ne les distingue plus correctement, sans compter les gestes qui font presque du vent tellement elle les agite comme un moulin ; j’aurais dû lui mettre mon blé sous les aisselles pour obtenir la farine de mon pain. En plus, la sueur aurait donné du goût …

            Tout en continuant de parler, elle monte sur sa Dinde et en descend un énorme sac « … donc tu comprends il faut vraiment que tu sois prêt Zalastor m’a beaucoup parlé de toi enfin pas comme s’il te connaissait depuis longtemps mais comme il connaît tout le monde il sait tout sur tout enfin il cerne les gens mais je divague hihi tu comprends enfin il faudrait aller à Sufokia pour ça mais ce sera difficile enfin juste avant il faudra quand même … ».

Ce faisant, elle me sort progressivement un, deux, puis une centaine de volumes qu’elle se met à énumérer « … le guide du bon usage la charte du bon guildeux le gai savoir ah non ça c’est pour études de Dofusocio la nouvelle mise à jour des règles de la guilde l’histoire de la guilde en treize volumes l’histoire de mon petit PONEY … » et en mettant de grosses lunettes sur son nez qui font des yeux de Boskito, elle m’énumère les chapitres importants que je dois connaître par cœur.

Bientôt, je ne la vois plus du tout derrière un mur d’ouvrages plus énormes les uns que les autres, pendant qu’elle continue de parler sans cesse ; je vois juste de temps à autre passer un bras qui pose un énième livre sur les piles déjà branlantes « …il faudra faire attention tout est écrit ici dans le manuel de Frigost mais tu comprendras rapidement comment t’en sortir j’ai confiance en toi et puis on sera là mais il ne faut pas rater ta quête sinon ta mise à l’épreuve ne sera pas validée par Zala– » « Ma quoi ? je l’interromps. »

            Tout à coup, le silence se fait. Un silence lourd et pesant. Un silence annonciateur de mauvaises nouvelles. Je la vois lentement se lever de derrière les livres, les joues rouges braise et les yeux noirs. Elle ouvre la bouche, et tout à coup, un vent comme jamais depuis mille ans personne n’en avait entendu jaillit de sa petite queue touffue. Le souffle fait valser tous les livres aux quatre coins du monde des douze, et sa Dragodinde avec. Les arbres ploient, les Kwaks s’enfuient avec les Pious et dans la débandade, les Bulborties et les Bulbisauges partent en courant après s’être déterrées. Toutes les fleurs alentour fanent et quelques Larves deviennent subitement couleur vert Salace. Elle me regarde avec peine, et laisse échapper : « Oh non, pas encore … ».

            Sous mon regard interrogateur, elle s’explique en balbutiant « Non mais en fait tu comprends ce n’est pas ce que tu crois mais c’est juste enfin quand on m’énerve enfin c’est un défaut mon défaut mais je n’y peux rien je stresse donc quand avec les examens du Dofusocial ben quand on m’énerve je ben je … » « Tu te laisses aller quoi ? » « Oui, couine-t-elle. C’est pour ça qu’on m’appelle la Tornade, la Vent, le Souffle Intestin ; Draft, c’est mon surnom. Maintenant qu’on est intimes, tu peux m’appeler comme ça … » Elle est visiblement mortifiée et aussi rouge qu’une Rose démoniaque. « Mouarf mouarf mouarf, c’est bien une bonne blague ça, une énorme blague ! dis-je en riant aux éclats » « Oh, ne te moque pas, je ne le fais pas – » et elle laisse à nouveau échapper un petit pet très aigu, un peu prude et frigide qui couine comme un Rat D’égoutant en écho comme dans l’église d’Amakna.

Bien évidemment, je ris de plus belle en me roulant au sol. « Joke ! Je vais t’appeler Draft-Joke ! Parce que là, franchement, c’est une bonne blague. ». Elle se met alors à me courir après en m’envoyant des flèches Persécutrices (ça, c’est une vraie femme, grrr !!) et je me cache derrière un Sanglier des plaines.

            A mes pieds, l’un des livres qui s’étaient envolés : je le ramasse et lui tend, en voyant qu’il s’agit du manuel de Dofusocial ; elle me regarde, et je vois ses yeux s’emplir de larmes, et sa truffe devenir mumide et pleine de morve. Alors, comme un Koalak affectueux, elle se jette dans mes bras et me pleure la rivière Kawaï dessus. J’en ai récupéré des flaçons d’Eau Calme, moi je te le dis.

            Une fois calmée (recognize !!!), je lui demande « Et donc, Zalastor, il m’envoie faire une quête où, et quelle est-elle ? ». Elle m’observe, me toise, et me tend un God Rod « Ca, c’est au cas-où tu es en manque … de quoi que ce soit, il m’a dit. ». Puis elle me tend un marteau Ronto « Ca, c’est pour te battre. Avec ta carcasse de débutant, tu te ferais bouffer par un Bouftou. Maintenant, on y va. » « On y va ? » « Oui, ensemble, je dois t’emmener à Astrub, chez Kérubim. Il y a un gros problème de Mastrubation là-bas. Apparemment, Zalastor pense que le God Rod pourrait nous servir … »

            Nous nous mettons en route, elle sur sa dinde, et moi sur mes petons. Une longue discussion commence, mais quelque part entre les frênes et les châtaigners, perdu dans la menthe qui couvre l’odeur du vent permanent (ses examens sont jusqu’à la prochaine lune de Maisial) et les orties, quelqu’un nous observe, et s’apprête à nous sauter dessus …

 


_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Jeu 5 Mai 2016 - 21:53

Merci à tous pour vos commentaires ; j'ai mis en rouge les chroniques, de sorte qu'on puisse commenter au besoin, sans couper une lecture continue.

J'espère que cela vous paît, surtout sachant que je n'ai pas la prétention de bien écrire ; je fais juste ça pour m'amuser et me détendre, et surtout pour faire un petit hommage aux personnes qui ont déjà fait beaucoup pour moi dans cette guilde.

A qui le tour ?

_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ssnow

avatar

Messages : 1613
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 23
Localisation : En train de kill Atrii avec ses portails

MessageSujet: Re: Chroniques   Jeu 5 Mai 2016 - 21:55

#JeSuisL'Ivrogne
Soyez pas jaloux !
Et c'est très agréable à lire ;)

_________________
" Et plus jamais quelqu'un se fout de la gueule du skill de ju" ~ Atrii, Décembre 2015




Quand le respect est mort:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atrii

avatar

Messages : 3596
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 20
Localisation : Sur la tombe de Ssnow, en train de danser

MessageSujet: Re: Chroniques   Jeu 5 Mai 2016 - 22:34

III, alternate style



Notre histoire commune commença à la sortie d'un donjon bouftou.

Je venais à peine de me séparer de mes compagnons d'arme après un rude combat qui m'aurait couvert de bleus si je n'avais deja été violet. Il me semblait encore entendre les cris lancinants de Zealy le sadida à propos de ces tchales à ne pas rater et dont je n'ai toujours pas compris le sens.

Ah! Il faisait moins le fier en sortant, claudiquant et tenant les lambeaux de ses poupées chéries dans son unique bras valide le bougre!

Telles étaient mes pensées alors que je m'appliquait à passer l'onguent que m'avais donné Leazy, son jumeau eniripsa, sur mon arrière train douloureux : les mâchoires de chef de guerre, ça ne pardonne pas! (en même temps, quelle idée? ce sont des os!)
La raison de Murphy étant toujours la plus forte, et La Fontaine pas là pour me contredire, c'est à ce moment fort intime qu'un portail apparu juste devant mon nez. De l'autre côté, une fleur, ainsi que le truc qui lui sert de support : Atrii, eliotrope de son état et accessoirement mon beau frère depuis deja trop longtemps.

"-Purpy, ça craint. Un nouveau est arrivé, un osa aux cheveux bleus, et Zalasto lui a encore sortit le grand j..."

Dans le fond, l'agitation se faisait prégnante : j’entendais un brouahaha retentissants duquel s’élevait régulièrement des cris à propos d'une diligence qui chante...? C'est d'ailleurs l'un de ceux là qui venais de couper mon interlocuteur. (tout du moins sa parole, autrement s'eut été gênant pour la suite du récit)

"-Ca barde par ici, j'dois aller chercher les cachets du gros. Viens vite!"

C'est ainsi qu'il mit fin à notre communication expéditive ainsi qu'à toute opportunité de lui faire part de mon agacement face un sobriquet aussi ridicule que Purpy.

Tellement perplexe que j'en n'oubliai presque de remonter mon pantalon, je me dirigeai donc vers le zaap à toute vitesse, me saisit de ma bourse pour jeter une poignée de kamas dans...

"Mes kamas!!!! Fiente de trool, le sale fils de bwork!"


Point ici de nouvelle forme d'incantation portalesque mais bel et bien une injure tout ce qu'il y a de plus classique. Le visé? Ce Sstorm de roublard qui n'aura pas manqué de me faire les poches pendant que je détruisait avec autant de méthode que de "hasard" les bombes qu'il plaçait dans le donjon. Que de justice dites-vous? Pfeu.

En tout cas le résultat était là, j'allais devoir remettre à profit le reste de mes années de champion de quadriathlon (nous autre huppermages sommes particulièrement doués avec tout ce qui fonctionne par quatre). Direction, le sud! (On dirait, en tout cas)

Quelque centaines de foulées, deux tours de la forêt d'astrub et un achat à prix d'or d'une boussole à un enutrof qui passait par là (oui bon, vous vous souvenez de ce que je disais juste avant sur les trucs par quatre? Oubliez.) plus tard, j’arrivai au village d'amakna où je m’écroulai au pied du temple xélor, dans une tentative aussi vaine que futile de reprendre mon souffle.

Alors que le monde commençait d’arrêter de danser le tango autour de moi (ce qui en soi, était deja incroyable), quelle ne fut pas ma surprise quand j’aperçus au loin cet osa aux cheveux de pastel qui se hâtait près des fourneaux de l'atelier en contrebas!

Je m'approchais discrètement du lieu de son labeur pour mieux l'observer : la queue toute tordue, les habits miteux et ses bras tout luisant de sa transpiration, il n'avais pas fier allure cet osa! Pourtant se dégageait de lui une force... l'assurance tranquille de celui qui se savait juste.

Hm.. Interessant

Le méryde des mauvais timings ayant décidé aujourd'hui de se pencher tout particulièrement sur mon cas (voir même sur tout mon alphabet à priori), c'est à ce moment précis que de gros bras velus me tirèrent en arrière par la plume de mon bonnet de piou. (je déteste quand on fait ça!)

Prêt à en découvre, je dégainai mes Dagues O'bert pour embrocher le malotru qui avait osé me déranger dans mon espionnage inquisiteur observation amicale.

"-Zalasto!" m'écris-ai-je.

"-Bien vu, captain 'bvious. T'en as d'autre des scoops comme ça ou tu vas enfin m'expliquer ce que tu fiches à surveiller le bleu? J't'ai pas chargé de ça que je sache?"

"-Beh.. euh haem uuuh fin voi... gnnnn euh gran et du coup haeam parc.. qu'urgent donnc... haem.."

Trop occupé à coller au modèle d'éloquence que je me targue d'être au près des zobalettes des tavernes de bonta, je ne m'étais pas rendu compte que Z me fixait d'un oeil noir. Le grand coup qu'il me décocha dans l'oeil (qui devint noir aussi pour le coup) m'aida à m'en rendre compte, ainsi qu'à, sur une inspiration subite, garder le silence.

"-Bien. Je préfère ça. De toute façon, j'avais une mission pour toi et tes p'tits potes, alors ferme ta bouche et écoute moi bien. J'ai rencontré récemment cette charmante Steameuse dans les abords d'Astrub. Elle m'a montré ses... tourelles et je pense qu'elle a des... compétences qui seront un réel atout pour... la guilde. J'ai beaucoup investit pour elle. Je souhaite que tu lui montre les bases de la survie en donjon avec Sstrom et Zaz là, va les chercher et reviens me voir."


C'est ainsi qu'à contrecœur, j’abandonnai cet osa à son triste sort. Du moins le pensais-je jusque là.

_________________
"Ce n'est pas parce que l'on a le plus gros marteau qu'il faut assimiler tout ses problèmes à un clou."
B. Obama

Quand je met des roubs dans leur mur:
 


Le maitre a parlé:
 


The power of love:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draft-Joke

avatar

Messages : 1058
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 21
Localisation : Dans tes rêves les plus beaux.

MessageSujet: Re: Chroniques   Ven 6 Mai 2016 - 9:51

Asano-san a écrit:

            A mes pieds, l’un des livres qui s’étaient envolés : je le ramasse et lui tend, en voyant qu’il s’agit du manuel de Dofusocial ; elle me regarde, et je vois ses yeux s’emplir de larmes, et sa truffe devenir mumide et pleine de morve. Alors, comme un Koalak affectueux, elle se jette dans mes bras et me pleure la rivière Kawaï dessus. J’en ai récupéré des flaçons d’Eau Calme, moi je te le dis.


Je suis carrément cramée... Non ça m'a fait beaucoup rire ! Tout le monde pense que j'ai un caractère de cochon c'est fou

J'attends impatiemment la suite !

_________________
Position foetale  :




Trop de skill.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Ven 6 Mai 2016 - 9:56

Cochon ... de lait ?

_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalasta

avatar

Messages : 4877
Date d'inscription : 23/12/2013
Age : 22
Localisation : ในตูดของคุณ

MessageSujet: Re: Chroniques   Ven 6 Mai 2016 - 16:23

Et bien, je cerne peu à peu le portrait que vous dressez de moi... x)

Zalastor Maugrey:
 

Ce qui me surprend, c'est la vitesse à laquelle tu as cerné Laura.


Citation :
Elle se met alors à parler si vite que je ne comprends même pas la moitié de ses phrases. 

Incroyable !

_________________
Musique:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Ven 6 Mai 2016 - 17:19

Haha, tu as réussi à me faire hurler de rire !

Mais nooon, c'est juste à cause de l'œil ! Et son côté magiquement chef !

Pour Laura, je ne vois pas en quoi je l'ai bien cernée, mais on me dit souvent ça. Déformation professionnelle, sûrement. Je me sens vanté de lire ceci ^^

Donc si je comprends bien, Ssnow est également le portrait que j'en ai fait, c'est ça ?


_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ssnow

avatar

Messages : 1613
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 23
Localisation : En train de kill Atrii avec ses portails

MessageSujet: Re: Chroniques   Ven 6 Mai 2016 - 19:10

Oulaaaa, si même les MaE commencent à me charier je vote CONTRE ! :p

En tout cas tu as bien cerné la ptite loro et le zalasto !

_________________
" Et plus jamais quelqu'un se fout de la gueule du skill de ju" ~ Atrii, Décembre 2015




Quand le respect est mort:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draft-Joke

avatar

Messages : 1058
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 21
Localisation : Dans tes rêves les plus beaux.

MessageSujet: Re: Chroniques   Ven 6 Mai 2016 - 20:13

Je suis tellement victimisée... Je suis gentille pourtant

_________________
Position foetale  :




Trop de skill.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atrii

avatar

Messages : 3596
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 20
Localisation : Sur la tombe de Ssnow, en train de danser

MessageSujet: Re: Chroniques   Ven 6 Mai 2016 - 20:26

Justement, les deux vont souvent de pair Laura, aussi paradoxal que cela soit :p

_________________
"Ce n'est pas parce que l'on a le plus gros marteau qu'il faut assimiler tout ses problèmes à un clou."
B. Obama

Quand je met des roubs dans leur mur:
 


Le maitre a parlé:
 


The power of love:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Ven 6 Mai 2016 - 20:45

Mais je sais que t'es un amour de chantilly Laura ^^ Ton prénom en dit déjà tant !

_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryzers

avatar

Messages : 164
Date d'inscription : 31/01/2016
Age : 21
Localisation : Ailly sur Somme

MessageSujet: Re: Chroniques   Sam 7 Mai 2016 - 19:57

Pique pas ma copine.

_________________
[11:08] Ryzers lance Flèche Punitive. Coup critique !
[11:08] Kartouche : -3312 PV (mort).


[15:42] Draft-Joke : J'ai vu sur le forum, t'es une machine t'es mon bb je suis fière <3


[21:45] Draft-Shield : Je m'incline devant ta puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalasta

avatar

Messages : 4877
Date d'inscription : 23/12/2013
Age : 22
Localisation : ในตูดของคุณ

MessageSujet: Re: Chroniques   Sam 7 Mai 2016 - 20:07

Dans chaque message tu parles de Laura tu le sais ça Rémi ? C'est carrément chelou wlh. x)

_________________
Musique:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draft-Joke

avatar

Messages : 1058
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 21
Localisation : Dans tes rêves les plus beaux.

MessageSujet: Re: Chroniques   Sam 7 Mai 2016 - 20:15

Ryzers a écrit:
Pique pas ma copine.

Rien n'avait commencé tandis que tout est déjà finit. Adieu Rémi, je te déteste.

_________________
Position foetale  :




Trop de skill.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Lun 9 Mai 2016 - 19:37

Je suis vraiment navré de défrayer à nouveau la chronique, mais je ne pourrai vous sustenter ce soir. Je suis vraiment trop HS. Je sais que certains l'attendent ; aussi, je ferai de mon mieux que pour demain, vous ayez à manger.

En attendant ... demain, Atrii sera à l'honneur. Et sans chercher à copier Vita-rtatin (puisque tout était déjà planifié, pour preuve en est le principal intéressé à qui j'en ai parlé), vous excuserez les jeux de mots qui pourraient être ... quelque peu réchauffés ^^

Mes baveux,

N.

_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atrii

avatar

Messages : 3596
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 20
Localisation : Sur la tombe de Ssnow, en train de danser

MessageSujet: Re: Chroniques   Lun 9 Mai 2016 - 20:10

Je suis l'ombre qui se glisse dans ton dos dans les ruelles sombres, je suis le fantôme qui nuit et jour hante ce forum, je suis l'alpha et je suis l'omega. Boudiou, je suis partout!

Ils vont finir par croire que je vous paye haha

J'attends avec impatience et appréhension ce nouveau chapitre! ;P

_________________
"Ce n'est pas parce que l'on a le plus gros marteau qu'il faut assimiler tout ses problèmes à un clou."
B. Obama

Quand je met des roubs dans leur mur:
 


Le maitre a parlé:
 


The power of love:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Lun 9 Mai 2016 - 20:28

Appréhension. Je ne dirai que cela.

_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asano-san

avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 26
Localisation : Entre Londres et Paris, sûrement en anglo-normandie

MessageSujet: Re: Chroniques   Mer 11 Mai 2016 - 22:32

V

 

            Un craquement suffit à nous faire nous retourner tous les deux. Une chose immonde surgit tout à coup lentement des fourrés. La chose avançait tout doucement, pas à pas, en soufflant et sifflant à chaque respiration. On aurait dit le petit de Morla Atriistée, de l’Histoire sans Fin, Gollum Atriipique et de l’âme de Voldemort Atriisomique. Cette chose pleine de Boo, ressemblant à une Ouassingue mal dégrossie continue de s’approcher de nous. Elle tend ses deux mains crasseuses sur nous, comme si elle voulait nous dévorer. Alors, Draft-Joke (en sautant sur sa dinde, propulsée par un pet explosif comme si elle s’était greffé une Fée d’Artifesse) se met à lui foncer dessus en hurlant : imagine, une belle jeune femme, la bouche grande ouverte, langue pendante, montrant les crocs et les griffes, les jambes écartées sur une dinde rose bonbon qui avance elle aussi la gueule grande ouverte, langue pendante (#ralenti) et surtout avançant par bonds au rythme des émanations gastriques de Madame. Un sacré tableau comique. J’en reste sur le cul. La chose aussi.

            Au moment de lui mettre une raclée dont les Ecaflips ne se souvienne que par des légendes, la chose crie en un couinement Atriiigu « Non ! Non ! Arrête, arrêêêêêêêêête ! Tu ne me reconnais pas ?! ». Draft-Joke s’arrête, l’Arc Hétype, corde Atriirée, la flèche en joue, et regarde mieux. Soudain, elle lâche sa flèche qui se plante juste devant la chose, qui recule de peur. « Ah ! mais t’es malade ?! – Mais c’est toi, gros Blop, à me faire une peur comme ça ! (Elle décoche une autre flèche, la chose recule encore une fois). – Maaaiiiiis, je suis désolé, je n’ai pas pu me laver ! ». Et trois fois de suite, elle décoche des flèches qui se plantent de plus en plus près de son entrejambe. Heureusement, son carquois était vide. La chose reste là, Atriimidée (un peu Atriimumide, aussi).

            Elle sort un tonneau d’eau de sa bourse à kamas (sa sœur doit être Mario Poppers … très poilue) et l’arrose en le lavant de ses claques Atriioscopiques. Une fois brillant comme un kama tout neuf, on reconnaît un jeune homme, Attrieyant, Atrrigolant avec son grand sourire. « C’est compliqué. Z m’a envoyé à Astrub chercher une … demoiselle avec de … grosses tourelles. Enfin, j’ai dû, comment dire, un peu … forcer le passage pour la ramener à la guilde ! Mais j’étais venu avant vous chercher ; Z m’a dit d’y aller ! Sauf qu’après,  j’ai été attaqué par une armée de Gloursons ! Heureusement que j’étais avec Ssnow (en chœur, on a dit « Ssnow ?! Il avait sa vinasse avec lui ? Et il réussi à servir ? – Non, il s’est endormi au deuxième tour. Heureusement qu’il était là, ça a fait trébucher le Glourson et on l’a fini ! Faudra qu’on l’emmène une fois à côté de chez Z, dans la clinique du Bon voyage »), Lamhsah, Jansuper et Neddens ! Et puis au dernier moment, y’a Ponysime qui est apparu, et d’un rire machiavélique, il a ouvert un portail sous mes pieds. Je me suis retrouvé chez les Cawottes, en plein dans de la boue, et j’ai dû revenir à la nage en passant par les forêts et les champs (il pleuvait). Du coup voilà, je suis venu le plus vite que j’ai pu ! ». Tout s’explique. La présence que j’avais sentie avant l’arrivée de Draft-J(et)oke, c’était lui !

            Bon, il est quand même un peu bizarre ; déjà, il louche, et ensuite, il n’arrête pas de regarder ses pectoraux, ses biceps, et les montre à Draft qui en pète de joie en rougissant. Ils font même de petits bruits qui ressemblent à des … Koalaks en rut. Il vient vers moi, et me tape dans l’épaule en me disant d’une voix gravement et faussement virile, pour impressionner sa copine « Alors, c’est toi, l’nouveau ? Z m’a dit de te laisser à tes aventures de noob ; mais bon, fallait que je revienne voir ça ! Il t’a confié une autre mission. Finis ton pain, et reviens ici. »

            C’est chose faite ; ils m’attendaient ; la lune était toujours dans le ciel ; et, un sablier dans la main, il le retourne en disant « On utilise un portail Xélor ; les Eliotropes, c’est pas encore trop ça. On atterrit parfois là où on n’aimerait jamais atterrir. – Et on va où comme ça ? demande Draft-Joke, dont l’estomac commence de nouveau à remuer. – On va à Frigost. On doit récupérer quelqu’un de très important ; apparemment, c’est un maître forgeron et forgemage. On y va ? – On y va, répondons-nous en chœur. » Et nous de sauter dans le portail, qui se referme derrière nous dans un dernier pet assourdissant. Avec odeur, cette fois-ci.

 


_________________
"je risque de garder de lui une image faite de mémoires superposées qui ne correspond en somme à aucune phase de sa rapide existence."

Mémoires d'Hadrien, Marguerite YOURCENAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Les Chroniques du Père Bugli !
» Les Chroniques d'Yggdrasil.
» Les Chroniques d'Arcadia : Livre I (1er Projet)
» Les Chroniques de Katura : désormais aussi bientôt en BD!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le quartier général :: RP, Poème et compagnie...
-
Sauter vers: